Rencontre avec la Directrice Executive du RAES : Marianne Paulot

Le RAES, c’est qui ? c’est quoi ? pour qui ? Pour quoi ?… Rencontre avec notre Directrice Executive : Marianne Paulot. C’est parti!

 

Marianne, qui es tu ?

Dès mon adolescence au début des années 90, j’ai toujours étais très impliquée dans la vie associative et notamment dans la lutte contre le VIH/sida. J’ai beaucoup collaboré avec le CRISP et ai fait partie du jury de la campagne « 3000 scénarios contre un virus ». Ce mode de sensibilisation participatif qui mêlait information et « divertissement » m’a marquée car je le trouvais pertinent et adapté aux cibles des campagnes, notamment les jeunes. Cette expérience a réellement influencé la manière dont j’ai envisagé mon métier. J’ai vécu quelques années aux Etats-Unis, à Los Angeles, où je faisais partie d’un think tank à UCLA sur l’utilisation des nouvelles technologies pour le développement. Je suis arrivée au Sénégal début 2004 où j’ai co-fondé, avec Alexandre Rideau, l’ONG RAES.

Le RAES, c’est quoi?

L’ONG RAES utilise les médias pour promouvoir et renforcer la santé, l’éducation et la citoyenneté en Afrique. Nous pensons que les acteurs locaux sont les mieux placés pour communiquer efficacement dans leurs communautés. Nous formons donc ces hommes et femmes de terrain à utiliser les médias pour informer, mobiliser et convaincre. Nous encourageons et faisons la promotion des solutions locales, adaptées aux problèmes spécifiques des populations. Nous espérons travailler dans une majorité de pays africains francophones, ce qui est en bonne voie puisque nous travaillons déjà dans neuf pays. Dans les années à venir, nous avons l’ambition de confirmer notre statut de leader dans l’utilisation des NTIC pour le développement en Afrique francophone.

Le RAES, c’est qui?

Nous n’agissons jamais seuls. Nous basons nos actions sur de solides partenariats avec les acteurs locaux des pays dans lesquels nous travaillons, le secteur privé, ainsi qu’avec de nombreuses institutions internationales. C’est en combinant nos efforts et nos expertises que nous assurons ensemble des programmes de qualité, aux résultats probants.

Comment choisissez vous vos projets?

Malgré les crises, souvent gravissimes, et les difficultés, l’Afrique est un continent dynamique, jeune, en pleine croissance, infiniment plus complexe, subtil et positif que ce que les médias occidentaux par exemple pourraient nous laisser croire.

Ce qui est frappant, du moins dans notre domaine, c’est la myriade d’initiatives, tous ces hommes et ces femmes qui partout, et notamment au Sénégal, se retroussent les manches pour que leurs enfants aient accès à l’éducation, à une meilleure santé, à une meilleure vie. La société civile est extrêmement dynamique, même dans les coins les plus reculés. Mais les initiatives et les bonnes idées ne suffisent malheureusement pas. C’est pourquoi nous nous investissons en priorité dans les projets qui forment ces gens de terrain, qui leur donnent des moyens afin justement que ces bonnes idées deviennent des projets concrets, qui marchent.

Vos projets clés cette année?

Tous nos projets sont importants mais je retiendrais particulièrement le projet Sunukaddu qui a permis de faire entendre la voix, d’avoir les témoignages sur ce que vivent les jeunes maliens, sénégalais, guinéens, notamment sur Ebola.

Et pour 2015?

2015 sera l’année « C’est la Vie », notre série télé sur la santé maternelle et infantile, créée par Marguerite Abouet et mise en scène par Moussa Sène Absa. La série est actuellement en cours de production. Autour de la série qui sera diffusée partout en Afrique francophone dès le début 2015, le RAES organise une vaste campagne cross-media de sensibilisation et d’information. Mais on en reparlera !